Une stratégie de valorisation en deux temps pour maximiser le ROI des premiers entrants

Afin de mutualiser les risques et d’atteindre rapidement une taille critique en matière de fonds sous gestion, nous souhaitons développer nos investissements au travers d’une seule et même holding. Les levées de fonds se feront en deux temps.

Temps #1 investisseurs privés

Un premier temps auprès d’investisseurs privés avertis mais non professionnels. Ce premier temps, trois ans selon nos estimations, verra l’organisation de deux levées de fonds par an.

Afin de créer des écosystèmes composés d’entreprises commerçant ensemble, chaque levée de fonds se concentrera sur une thématique particulière. Chaque thématique correspondra à un grand secteur sur lequel les Français ont une image positive à l’international.

Ces écosystèmes thématiques devront rapidement se doter de plateformes digitales (sites web, médias digitaux, e-commerce, ou tout autre dispositif générant de la donnée…) qui leurs sont propres et qui organiseront les flux d’affaires en leur sein tout en leur donnant une vraie visibilité auprès de leurs prospects et du grand public. Les nouvelles technologies, et  notamment l’Intelligence Artificielle, seront étudiées grâce à l’apport de certains partenaires du FTF.

Ce premier temps verra le FTF investir dans des entreprises en création ou jeunes. Nous en attendons donc un rendement plus important que sur des entreprises plus établies. Étant jeunes, ces entreprises sont également théoriquement plus fragiles, ce qui est porteur de risque. Nous comptons limiter ce risque par un encadrement suivi par notre plateforme d’accélération Sphères et par le suivi de chaque entreprise par des administrateurs issus des rangs des actionnaires du FTF.

Ainsi pensons-nous pouvoir profiter d’un rendement attractif, le tout sans augmenter considérablement le niveau de risque par rapport à des investissements sur des PME plus établies.

Par ailleurs, la création rapide de plateformes digitales dédiées aux secteurs de prédilections du FTF devrait également participer à l’augmentation de la valeur des actifs du FTF.

Nous chercherons à valoriser cette particularité lors de l’arrivée d’investisseurs institutionnels qui cherchent des investissements plus matures, quitte à entrer sur des valorisations plus chères. L’idée est de développer l’ensemble du modèle PME + Digital au cours des trois premières années et d’accélérer une fois les 25 M€ sous gestion atteints.

Temps #2 Arrivée des investisseurs insitutionnels

Dans un second temps, nous procèderons à une levée de fonds plus importante auprès de grands noms de l’investissement. Nous mettrons en valeur nos spécificités et notre track record afin d’obtenir d’eux un respect de notre mode opératoire, garanti par une charte d’investissement qui fixera les éléments suivants :

  • L’entreprise plutôt que le timing : les objectifs de sortie à 5 ans sont trop rigides, comme déjà dit. Ainsi, même si nous visons des délais de sortie classiques, nous souhaitons ne pas avoir d’objectif de timing de sortie strict. Certains dossiers pouvant prendre plus de temps à croître et se valoriser que d’autres. Il ne nous sera pas impossible de rester à long terme dans le capital d’une entreprise.
  • Test & learn avant d’accélérer : même les meilleures idées et les meilleurs plans doivent s’affiner au contact de la réalité du marché. Notre expérience confirme qu’il est plus efficace de prendre le temps de tester un concept à petite échelle, de remanier l’offre et l’équipe jusqu’à des retours de test satisfaisants.

Cette démarche peut prendre un certain temps et donc jouer sur le timing de lancement et de sortie. Elle est cependant plus sûre et plus efficace. Elle doit primer sur les promesses, les engagements de Business Plans auprès d’investisseurs qui s’attendent à l’exécution d’un plan annoncé.

Elle sera largement pilotée par notre écosystème (mentors, interim-management,  consultants…). Ça n’est qu’une fois le modèle validé et l’équipe stabilisée que nous déploierons les moyens permettant l’accélération de l’entreprise et son passage à l’échelle.

Des leviers de financement diversifiés

Financement par levée de dette
Les dirigeants du FTF activeront leurs réseaux respectifs pour lever et syndiquer de la dette bancaire, des subventions et aides publiques afin de réaliser un levier sur les investissements réalisés en capital. La BPI sera impliquée.

Crowdfunding
FTFG supervisera, au sein des entreprises du portefeuille dont l’activité s’y prête, des levées de fonds participatives n’ayant comme contrepartie que des prestations en nature, et éventuellement, une fois les véhicules et les guidances d’investissement bien structurés, nous pourrons élargir le champ d’action du crowdfunding en apportant des contreparties en capital
aux crowdfunders.